03/10/16- Le grand hall du Park Mall de Sétif a vécu,  samedi, des moments intenses. En l’espace de quatre heures, l’endroit s’est transformé en une immense librairie où se sont rencontrés les férus de la lecture et de l’histoire. La vente-dédicace de l’ouvrage Sétif, La Fosse commune  de notre collègue et ami, Kamel Beniaiche, a permis à de vieilles connaissances de se revoir, de renouer le contact et d’avoir une pensée pour les milliers de martyrs auxquels on a dénié le statut de victimes de la barbarie et de la justice expéditive. Sanctionnant 10 ans de recherches et d’investigations à travers l’ensemble de l’ancien  territoire de la wilaya de Sétif, cet ouvrage est un livre-testament. N’ayant pas épousé la facilité, notre confrère a, au cours d’un  long et instructif périple, pu recueillir les témoignages d’un grand nombre de rescapés de cette tragédie qui ont vécu dans les moindres détails ce drame ainsi que celui des membres des familles déportées et d’autres enterrées dans des fosses communes. Evidemment la tâche de l’auteur n’a pas été de tout repos en raison du manque délibéré d’informations sur ce crime ainsi que le temps qui nous sépare de cette catastrophe. Ce livre est un important rapport de l’histoire sur ce crime oublié. Kamel Beniaiche a eu le mérite de partir à la recherche de nombreuses victimes dont il a pu retrouver les traces en France et dans de lointaines contrées montagneuses et enclavées des wilayas de Béjaïa, de Jijel, de Bordj Bou Arréridj et de Sétif. La Fosse commune est un essai de 336 pages bien documenté et préfacé par l’historien Gilles Manceron qui a de fort belle manière appuyé le travail de l’infatigable Kamel qui ne compte pas s’arrêter là . «Abouti et pléthorique en informations inédites, l’ouvrage de Kamel est à mon sens, une nouvelle plateforme pour les historiens et spécialistes de ce pan de l’histoire contemporaine. Ayant affronté seul bon nombre de difficultés et épreuves, le mérite de notre confrère est grand. Les journalistes de Sétif en sont fiers», souligne avec émotion notre collègue de Liberté Fouzi Sennoussaoui. Il convient de souligner que la vente- dédicace, qui a connu un franc succès, s’est déroulée dans une ambiance chaleureuse et fraternelle, et ce, en présence du président de l’Association du 8 Mai 1945, d’écrivains, artistes et comédiens, de médecins, d’officiels, militants de partis, des descendants des victimes, des journalistes, des  amis et proches de l’auteur, des férus de lecture et d’histoire ainsi que d’un nombreux public de Aïn Fouara et d’ailleurs. Avant de présenter La Fosse commune au public du Salon international du livre d’Alger (SILA), l’auteur compte organiser prochainement  d’autres séances de vente-dédicace à Bordj Bou Arréridj, El Eulma et Sidi Aïch.  Ce livre-testament est à lire absolument.